Paracétamol et grossesse

Le paracétamol ne serait pas totalement inoffensif pour les femmes enceintes

 

C’est bien connu pendant la grossesse, les futures mamans ne peuvent quasiment pas prendre de médicaments. Cependant, elles peuvent prendre des analgésiques tels que le Doliprane, Dafalgan ou Efferalgan pour soulager les petits mots du quotidien.

D’après une étude, publiée dans le « Journal of Epidemiology », les enfants qui seraient exposés avant leur naissance à du paracétamol pourraient souffrir de troubles d’inattention, de troubles de l’impulsivité et d’autisme.

 

Le paracétamol est la substance active que les Français préfèrent. En effet, elle est bien tolérée par une grande partie de la population, les enfants, les hommes et les femmes enceintes.

Cependant, d’après cette étude, le paracétamol serait nocif pour les enfants pendant la gestation, il y aura plus de risques de développement de forme d’autisme, d’hyperactivité ou de trouble de l’attention chez les enfants exposés à cette molécule.

 

Qui a découvert cela et comment ?

 

Des scientifiques du « Center for Research in Environmental Epidemiology » de Barcelone ont étudié 2644 femmes pendant leurs grossesses. Toutes ces futures mamans ont toutes répondu à un questionnaire sur leur manière et la fréquence de leur consommation de paracétamol. Ces mêmes scientifiques ont ensuite suivi les enfants pendant plusieurs années après leurs naissances.

 

Les résultats ont montré que 40% des enfants ont été en contact avec du paracétamol pendant les premières semaines de grossesse. Vers leurs 5 ans ces mêmes enfants présentaient des risques d’hyperactivité. Ils avaient 30% en plus d’impulsivité que la moyenne des enfants de leurs âges. De plus, s’ils ont été soumis plus longtemps au paracétamol, ces enfants présentaient des faiblesses cognitives, troubles de l’attention, du contrôle de soi et une faiblesse dans la vitesse d’exécution.

 

Cette étude montre également que les petits garçons et les petites filles ne réagissent pas de la même manière à l’exposition au paracétamol. Les garçons seraient plus sujets à des symptômes d’autisme que les filles. Cela serait dû au fait que le cerveau des petits garçons, durant leur premier jour, serait plus fragile et sensible que celui des petites filles.

Il faut donc faire attention à notre consommation de paracétamol. En particulier les femmes enceintes. Car celui-ci pourrait être nocif pour le développement neurologique des bébés. Ainsi que pour leur système immunitaire. Il pourrait même être toxique pour les fœtus.

 

Bien sûr, les bienfaits du paracétamol sont supérieurs aux risques qui lui sont liés. Cependant, il est important de respecter les doses recommandées. Il faut prendre conscience que ce n’est pas un médicament totalement anodin, en particulier pour les femmes enceintes.

 

 

newcc_1_original

Concours Doppler

La grande chanceuse est…

Elodie Bernard

Contactes-nous avant le 5 septembre !!

 

You May Also Like