Grossesse, bébé, enfant, les aides financières

Grossesse, bébé, enfant, les aides financières

 

On le sait, qui dit grossesse et bébé à l’horizon dit dépenses ! Et bien oui, un bébé c’est petit c’est mignon mais ça coûte cher ! Cependant, peu importe sa situation financière on a tous le droit d’être parents. C’est pourquoi il existe tout un tas d’aides qui peuvent vous soutenir dans toutes ces nouvelles dépenses. Alors, quelles aides ? Qui peut y prétendre ? Comment ?

Pour y voir plus clair, on fait le point.

Première étape et sûrement la plus importante : on déclare sa grossesse. En effet, si vous passez outre cette étape, vous ne pourrez tout simplement pas faire valoir vos droits.

Donc avant la 14ème semaine de grossesse on fait part à la caisse d’allocation familiale (CAF) et à notre assurance maladie de sa situation.

Pour la CAF, votre sage-femme ou médecin peut directement s’en charger. Sinon, il vous faudra le faire en ligne en transmettant un certificat du premier examen prénatal.

Une fois votre grossesse déclarée vous allez pouvoir prétendre à la prestation d’accueil jeune enfant (PAJE) proposée par la CAF.

La PAJE, englobe 3  aides différentes dont vous pourrez bénéficier ou non en fonction de vos revenus et situations :

  • La prime à la naissance. Une prime qui n’est pas systématique, elle dépend de vos revenus. Elle s’élève à un montant fixe de 923,08€ par enfant. Si vous avez des jumeaux le montant double, des triplés il triple etc.
  • L’allocation de base. C’est une allocation mensuelle, d’un montant minimum de 92,31€ pouvant monter jusqu’à 184,62€. Encore une fois ce montant varie en fonction de vos revenus.
  • Si vous travaillez (même à temps partiel), vous pouvez vous faire aider pour financer la garde de votre enfant jusqu’à ses 6 ans. Cependant il faudra que la nounou choisie soit agrée. Si tel est le cas, vous pourrez alors vous faire subventionner jusqu’à 85% de vos frais de garderie.

Allocataire ou non à la CAF vous pouvez demander la PAJE.

  • Si vous êtes allocataire, il faudra confirmer votre changement de situation sur la CAF.fr, espace mon compte, rubrique « la CAF me demande ».
  • Si vous n’êtes pas allocataire, il faudra faire une demande en ligne dans la rubrique les services en ligne de la CAF.

Ma situation me permet-elle de bénéficier de ces aides ? Si oui, à quelle hauteur ? Pour le savoir vous pouvez effectuer des simulations sur le site de la CAF.

Vous bénéficiez de très peu de ressources et vous avez peur que cela ne soit pas suffisant ?

Pas de panique, il existe d’autres aides. Une que vous connaissez sûrement, le RSA, l’autre peut être un peu moins, l’aide sociale à l’enfance.

  • Enceinte, vous pouvez demander Le revenu de solidarité active (RSA). Cela même si vous êtes âgée de moins de 25 ans. Il suffit simplement de séjourner en France de manière stable. Si vous n’êtes pas française il faut être ressortissante de l’UE avec un titre de séjour ou être résidente depuis plus de 5 ans en France.
  • Vous pouvez aussi avoir recours à l’aide sociale à l’enfance (ASE). Cette fois-ci les démarches se font directement auprès du conseil général de votre département.

Sans condition de ressources, vous attendez ou élevez votre ou vos enfant(s) seule ?

Vous pouvez avoir recours aux allocations de soutien familial s’élevant à 100,08 par mois par enfant jusqu’à ses 21 ans.

Votre famille s’agrandit et vous attendez un second enfant ? Vous pouvez prétendre aux allocations familiales. Attention depuis 2015, ces allocations varient en fonctions de vos revenus et du nombre d’enfants.

La famille commence à être nombreuse et vous en êtes déjà à votre troisième enfant ?

Sachez que si vous avez 3 enfants à charge qui ont entre 3 et 21 ans vous pouvez demander un complément familial sans conditions de ressources.

Cependant si vous êtes à nouveau enceinte et que vous touchez la PAJE, cette aide est suspendue.

Allocations, PAJE, primes, conditions de revenus, CAF, j’espère que cet article vous aura aidé à y voir un peu plus clair !

You May Also Like